Vous n'avez pas de message

LE DON DE SPERME

Publiée le 01/06/2020 à 18:18:07

1. Définition

Le don de sperme est une pratique qui permet à un homme de donner son sperme afin qu’un enfant puisse naître.

C’est aussi un recueil et conservation dans des banques d'organe aux fins d'inséminations artificielles de sperme de donneurs anonymes.

On peut également le définir comme une pratique de procréation médicalement assistée qui consiste en l'utilisation de sperme d'un autre homme que celui impliqué dans le projet parental, soit parce que ce dernier ne peut pas concevoir avec ses propres spermatozoïdes, soit parce qu'il n'y pas d'homme dans le projet parental initial (femme célibataire, couple de femmes).

 

2. Dans quel cadre peut-on faire un don de sperme ?

En France, le don de sperme est encadré par la loi de bioéthique du 6 août 2004, modifiée en 2011. Il peut être indiqué :

- Pour les couples dont l'homme ne possède pas de spermatozoïdes (azoospermie), trop peu de spermatozoïdes (oligospermie), ou de trop mauvaise qualité (tératospermie) pour permettre l'obtention d'une grossesse malgré l'accès aux traitements de Fécondation in Vitro.

- Si l'homme est porteur d'une maladie génétique grave qui pourrait être transmise à l'enfant en cas d'utilisation de ses propres spermatozoïdes.

- Pour les couples de femmes souhaitant un enfant.

 

3. Quels sont les types de don de sperme ?

Les dons de sperme peuvent se faire dans un cadre intentionnel tel une clinique ou une banque du sperme, ou de façon artisanale dans un cadre privé. Concernant le don fait dans un cadre institutionnel, dans certains pays, comme en France, il est basé sur la gratuité, l’anonymat et le volontariat.

 

4. Les principes du don de sperme

Comme tout don d’éléments du corps humain (tissus, organes, gamètes), le don de sperme est encadré par la loi de bioéthique. Comme tout don il est volontaire, gratuit et anonyme. Le donneur et le couple receveur ne peuvent connaître leurs identités respectives, et l’enfant né du don de sperme ne peut avoir connaissance de l’identité du donneur.

Pour pouvoir donner son sperme, l’homme doit remplir certaines conditions :

  • -  avoir entre 18 et 45 ans (aucune limite d’âge n’est imposée par la loi mais passé cet âge, on estime que la fertilité de l’homme diminue et les risques d’anomalies génétiques augmentent) ;

  • -  être en bonne santé ;

  • -  avoir l’accord de l’autre membre du couple le cas échéant ;

  • -  depuis 2016 (1), il n’est plus nécessaire d’avoir un enfant pour donner ses gamètes.

    Un homme qui n'a jamais procréé peut donc désormais donner son sperme.

 

5. Comment se déroule le don de sperme ?

Lorsqu’un homme souhaite donner son sperme, il doit s’adresser à un CECOS (Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains). Le don de sperme est réalisé uniquement

dans ces structures implantées dans certains CHU. Un donneur ne peut donner que dans un seul CECOS.

La procédure comporte différentes démarches :

  • -  un premier rendez-vous d’information : toutes les questions relatives au don sont abordées ;

  • -  le consentement : le donneur signe un formulaire de consentement au don, ainsi que l’autre membre du couple le cas échéant. Ce consentement peut être révoqué à tout moment jusqu’à l’utilisation des gamètes ;

  • -  un bilan médical : ce bilan comprend un interrogatoire sur les antécédents personnels et familiaux, la détermination du groupe sanguin et du rhésus, des tests sérologiques (hépatites, VIH, CMV, syphilis), une consultation génétique et un caryotype par prise de sang ;

  • -  un entretien avec un psychologue pour le donneur et éventuellement l’autre membre du couple ;

  • -  un premier recueil de sperme : ce recueil, qui a parfois lieu lors du premier rendez- vous, permet de vérifier les caractéristiques des spermatozoïdes et l’absence d’infection ;

  • -  la congélation : les spermatozoïdes sont conditionnés dans des paillettes, congelés, puis transférés dans l’azote liquide à une température de -196 °C. Une paillette est ensuite décongelée afin d’évaluer la tolérance des spermatozoïdes au processus de congélation/décongélation. En fonction des résultats, le donneur est informé du nombre de recueils à effectuer ;

  • -  les recueils : chaque recueil s’effectue par masturbation après 3 à 5 jours d’abstinence sexuelle. Le sperme est contrôlé à chaque recueil ;

  • -  une prise de sang de contrôle : 6 mois minimum après le dernier recueil de sperme, des tests sérologiques sont de nouveau réalisés.

    Seule la moitié environ des candidats donneurs sont au final retenus. Les autres sont exclus principalement en raison de critères génétiques ; d’autres parce qu’ils ne font pas la prise de sang de contrôle à l’issue des 6 mois de quarantaine.

    Tous les frais occasionnés par le don sont pris en charge.

 

6. Où se déroule le don de sperme

Le don d’ovocytes se pratique dans des centres d’AMP (Assistance médicale à la procréation) au sein d’établissements de santé autorisés par l’Agence Régionale de Santé après avis de l'Agence de la biomédecine. En France, plus d’une vingtaine de centres d’AMP, composés d’équipes médicales pluridisciplinaires, pratiquent l’activité de don de sperme.

Liens pertinents

https://www.doctissimo.fr/sante/dictionnaire-medical/don-de-sperme

https://www.passeportsante.net/fr/grossesse/Fiche.aspx?doc=don-sperme

https://chirec.be/fr/don-de-sperme/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Don_de_sperme

https://www.agence- biomedecine.fr/IMG/pdf/fiche_2_encadrement_juridique_don_de_gametes.pdf

Les articles